Notes discordantes sur l'époque

16 septembre 2019

" Les musclés " Ta...TA...TA...TAM... N° 520

 

 

 

 

 

 

                                                                    Les musclés

 

            À la télé, un long reportage consacré  à la vogue des salles de musculation, lieux de plus en plus courus aussi bien par les femmes que par les hommes. Entretenir son corps, quoi de plus légitime, à condition toutefois de ne pas, pour cela, lui fournir des « carburants » afin de stimuler la machine. En effet, un autre reportage portant, celui-là, sur les nombreux décès prématurés et suspects relevés dans les rangs d’anciens membres d’une célèbre équipe de rugby, les Springboks, pour ne pas les nommer, donne matière à réflexion. Les autres sports, tant au niveau professionnel qu’amateur, ne sont, par ailleurs, pas plus à l’abri des soupçons de tricherie. Il serait peut-être bon parfois de muscler aussi parallèlement les méninges, que la culture ne soit pas que physique…

 

                                                                                         Hagnéré Jean-François ( 10/09/2019)

Posté par jfh47 à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 septembre 2019

" Viva Zapata ! ..." TA...TA...TA...TAM...N°518

                                                                        Viva Zapata !          

 

 Viva Zapata ! Il ne s’agit pas ici de chanter les louanges d’Émilio Zapata, célèbre révolutionnaire mexicain, mais plutôt 

          celles de Franky Zapata. Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ? …* Depuis le 14 juillet 2019, plus personne ou presque, en France, ne peut ignorer le coup de génie de ce Français  d’origine vosgienne, Marseillais aujourd’hui, mais qui ne donne pas dans la galéjade, passant du « jet-ski » à l’invention et la construction du « flyboard », un engin volant, plate-forme avec rambarde, mue par de puissantes tuyères et sur laquelle il évolue dans les airs. L’armée française, très intéressée par l’engin – afin de mener à bien des opérations sensibles – mais pas pour les cibles-  a déjà pris une option sur l’invention afin de l’exploiter.

          Lors du défilé de la Fête nationale du 14 juillet 2019, Franky a ainsi survolé et  effectué, chevauchant son engin, d’audacieuses figures, survolant les Champs-Élysées, bluffant ainsi officiels de la tribune et badauds massés derrière les barricades dressées tout au long de la célèbre avenue. Hors concours Lépine, notre Franky ! Mais ce n’est pas tout. Une semaine après ce spectacle, notre nouveau héros nous annonça une traversée de la Manche, mettant tout le monde dans sa… poche. Il s’agissait de rallier Douvres en partant de Sangatte. Petit « hic » : refaire le plein de kérosène au beau milieu du détroit en se posant sur le pont d’un bateau d’assistance… Et là, Pata… plouf !… Voilà notre Franky, ratant sa cible,  à la baille… Mais une deuxième tentative sera couronnée de succès.

          En ce jour de victoire et de gloire, Franky lança une autre bombe, annonçant qu’il travaillait à une  « voiture volante », projet qu’il compte mener à bien d’ici 2020… Là, on se dit que « le plancher des vaches n’a plus d’avenir routier " Mais quel itinéraire emprunter là-haut ?…  Quel code  respecter ?… Où atterrir ? …. Sur les parkings de supermarchés ?  Dans les champs et les jardins ? Dans un garage-aéroport personnel ? … Vous imaginez le casse-tête, le retour des Kamikaze ? Fusées, avions, hélicoptères, drones, « flyboards », auto-volantes et tamponneuses… Á  qui la priorité ? … Affolement des tours de contrôle… Qui va s’écraser sur le barbecue, dans le jardin du voisin, jouer les sous-marins dans les piscines privées ou pas ? etc. L’idéal serait que tous ces engins volants finissent dans un « trou noir » servant de poubelle, de casse…

          Cinquante ans que l’homme a posé le pied sur la lune… Á cette occasion, on a revu la pollution des tuyères à Cap Machin au départ de ces engins…. Autour de la Terre gravitent des millions de déchets, d’engins  que nous avons lancés, qui restent sur une orbite qu’il faut parfois veiller à changer afin d’éviter les rencontres malencontreuses… Je ne m’inquiète pas : les écolos ont tout l’avenir devant eux… Tiens, pour me changer les idées je vais faire un tour à vélo… Mais au fait, cette bagnole z’ailée, comment pourrait-on l’appeler… avion ? … Nous pourrons donc coupler deux salons : ceux de l’Automobile et de l’Aéronautique… Les vieux routiers n’auront plus rien à craindre sur l’autoroute des vacances… Ce n’est pas grand-chose, mais ce sera déjà beaucoup…

                                                                                                     Hagnéré Jean-François ( 06/09/2019)

            * Chanson de Pierre Vassiliu.

 

                             

Posté par jfh47 à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2019

" Le lac enchanteur " TA... TA...TA...TAM... N° 518

                                                               Le lac enchanteur

            Malgré les conseils de prudence diffusés à longueur de journée par les médias afin que nous survivions aux jours de canicule, je vais tenter de m’échapper du Tour de France 2019 qui nous cloue devant la télé, mieux qu’un cordonnier ne le ferait d’un talon. Allez ! Je m’extrais du peloton agglutiné devant le petit écran… Chapeau sur la tête, lunettes de soleil, petit bidon d’eau pour me rafraîchir le gosier… Pépé part à l’aventure… En route pour sa source d’inspiration : le lac.

            Parvenu sur la berge, je note que les pèlerins sont rares… J’aperçois tout de même, de loin, quelques aventuriers à l’arrêt,  comme en extase devant je ne sais quoi. Parvenu à leur hauteur, je flaire le bon coup. À même le goudron de la promenade, une phrase est inscrite à la craie : Parce que c’était lui, parce que c’était moi… Signé : Montaigne. Plus loin, d’autres stations m’attendent : Kundera, Mouloudji, Kadaré, Hugo, Le Forestier, etc. Les commentaires des flâneurs intéressés par cette initiative sont flatteurs. Voilà en effet ce qui nous change des classiques, si je puis dire : « Fils de p… ! » et « Nique ta mère !… » Bizarrement, ces citations poétiques resteront, au fil des jours intactes, appréciées, comme sanctuarisées. Seule la pluie, de retour, en viendra à bout. Mais quelques jours plus tard, le ciel enfin dégagé, l’auteur de ces courriers, mots de passe, mots d’amour et d’amitié, reprendra ses craies.

            Mais qui est cette fleur bleue capable de mener pareille entreprise ? La rumeur laisse entendre qu’il s’agirait d’une employée de la mairie apparemment très discrète… Le Lac…  Me viennent à la pensée les vers de Lamartine : O temps suspends ton vol ! / Et vous heures propices / Suspendez votre cours / Laissez-nous savourer les délices / Des plus beaux de nos jours…

            Mais je n’en ai pas fini avec cette artiste. En effet, quelques jours plus tard, tôt le matin, parti une un « safari photographique » amateur, toujours autour du lac, je décide, boudant le goudron de la piste, de longer la berge au plus près. Quelques centaines de mètres et, tout à coup, parmi les premières feuilles déjà tombées des branches, je distingue une pierre plate couverte de caractères noirs… À la peinture et au pinceau est finement écrit ce message : «  STP, poste ma photo sur Facebook. Tourne le galet et recache-moi. » Étonnant, non ? Je retourne le galet et je découvre une charmante petite peinture : la tête grise d’un chat souriant, sa petite langue rose, ses deux yeux bleus et son foulard rouge… Je lui ai souri – pas « souris », malheureusement pour lui-, puis l’ai « recaché » comme demandé… Un promeneur m’a certifié avoir vu une jeune femme, accompagnée d’un enfant, déposer ce bijou… La même, me précisa-t-il qui enchantait le sentier de ses sentences poétiques… Le lendemain de la rentrée scolaire, je découvrais son dernier mot, finaud : « Aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire /  Moi je cherche la sortie / de secours… » Pareille poétesse n’a pas de prix… Enfin, si, ceux de la sensibilité et de l’humour ….

                                                                                                                 Hagnéré Jean-François 05/09/2019)

Posté par jfh47 à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2019

" Couac-Cola" TA...TA...TA...TAM... N°517

 

 

Antienne médiatique

 

            Tout l’été 2019, il ne se passera pas une journée sans que nous soit servie l’antienne écologique des médias au sujet de l’avenir de la planète : l’océan de plastique, les incendies de forêts, le réchauffement climatique, les méfaits de la chimie en matière agricole, etc. Cela dit la planète vit sa vie sans nous demander notre avis : Une colère historique du Vésuve a détruit Pompéi et les cendres ont « statufié » ses habitants… On pense pouvoir affirmer qu’en des temps immémoriaux, un astéroïde percutant la Terre a entraîné la perte des dinosaures  et favorisé l’émergence des mammifères… Bref, tout cela nous dépasse un peu…

            Le « mer poubelle », c’est autre chose, même si le phénomène s’amplifie, il ne date pas d’hier… Nous sommes dans les années 50 du siècle dernier. En été, le bateau à bord duquel mon père est embarqué subit, pendant trois semaines une période de « réparation ». Les enfants de l’équipage, dont je suis, sont acceptés à bord… Fascinant « terrain de jeux », ma préférence étant la « pêche aux petits crabes » qui s’accrochent à un appât attaché au bout d’une corde… A la marée montante, poussés par les flots, on voit passer tout et n’importe quoi : godasses, chiens et chats crevés, caissettes déglinguées et tout un tas de débris que la mer, se retirant à marée basse, laissera un peu partout dans le lit de la rivière… Au bout du quai, des adultes, hommes et femmes, viennent jeter des sacs emplis de je ne sais quels déchets, comme si de rien n’était… Dans le béton même du quai, le flot à son étiage laisse apparaître de gros trous ronds qui déversent leurs eaux glauques, les « eaux usées » de la ville… La station d’épuration n’apparaîtra que beaucoup plus tard. La différence entre hier et aujourd’hui, c’est que ces pratiques sont devenues, avec le temps, au propre comme au figuré, industrielles : rejet des  boues et autres résidus des usines « au large », comme si la distance excusait la pratique, vestiges laissés par les navigateurs professionnels comme amateurs, les touristes au bord des plages-,   ce fameux « océan plastique », épandage massif de produits chimiques dans les champs, avec le résultat que l’on connaît en Bretagne, etc.

            Hier, Le mer, c’était celle, poétique de Charles Trenet : Le mer qu’on voit danser le longs des golfes clairs… Bashung, nous a livré sa version moderne : Gaby, oh Gaby, tu veux que j’ te chante La mer,/ le long des golfes pas très clairs

 

                                                                           Hagnéré Jean-françois ( 28/08/2019)

                                                                                              Canalblog 516

Posté par jfh47 à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

" Antienne médiatique" TA...TA...TA...TAM...N°516

 

 

Antienne médiatique

 

            Tout l’été 2019, il ne se passera pas une journée sans que nous soit servie l’antienne écologique des médias au sujet de l’avenir de la planète : l’océan de plastique, les incendies de forêts, le réchauffement climatique, les méfaits de la chimie en matière agricole, etc. Cela dit la planète vit sa vie sans nous demander notre avis : Une colère historique du Vésuve a détruit Pompéi et les cendres ont « statufié » ses habitants… On pense pouvoir affirmer qu’en des temps immémoriaux, un astéroïde percutant la Terre a entraîné la perte des dinosaures  et favorisé l’émergence des mammifères… Bref, tout cela nous dépasse un peu…

            Le « mer poubelle », c’est autre chose, même si le phénomène s’amplifie, il ne date pas d’hier… Nous sommes dans les années 50 du siècle dernier. En été, le bateau à bord duquel mon père est embarqué subit, pendant trois semaines une période de « réparation ». Les enfants de l’équipage, dont je suis, sont acceptés à bord… Fascinant « terrain de jeux », ma préférence étant la « pêche aux petits crabes » qui s’accrochent à un appât attaché au bout d’une corde… A la marée montante, poussés par les flots, on voit passer tout et n’importe quoi : godasses, chiens et chats crevés, caissettes déglinguées et tout un tas de débris que la mer, se retirant à marée basse, laissera un peu partout dans le lit de la rivière… Au bout du quai, des adultes, hommes et femmes, viennent jeter des sacs emplis de je ne sais quels déchets, comme si de rien n’était… Dans le béton même du quai, le flot à son étiage laisse apparaître de gros trous ronds qui déversent leurs eaux glauques, les « eaux usées » de la ville… La station d’épuration n’apparaîtra que beaucoup plus tard. La différence entre hier et aujourd’hui, c’est que ces pratiques sont devenues, avec le temps, au propre comme au figuré, industrielles : rejet des  boues et autres résidus des usines « au large », comme si la distance excusait la pratique, vestiges laissés par les navigateurs professionnels comme amateurs, les touristes au bord des plages-,   ce fameux « océan plastique », épandage massif de produits chimiques dans les champs, avec le résultat que l’on connaît en Bretagne, etc.

            Hier, Le mer, c’était celle, poétique de Charles Trenet : Le mer qu’on voit danser le longs des golfes clairs… Bashung, nous a livré sa version moderne : Gaby, oh Gaby, tu veux que j’ te chante La mer,/ le long des golfes pas très clairs

 

                                                                           Hagnéré Jean-françois ( 28/08/2019)

                                                                                              Canalblog 516

Posté par jfh47 à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 août 2019

" EDiFiant ! " TA...TA...TA...TA... N° 514

 

 

 

 

 

EDiFiant…

 

 

Il va y avoir de l’électricité - plus chère - dans l’air… En effet, après une augmentation de 5,9 p. cent des tarifs au 1er juin 2019, prélèvement retardé pour « ménager » les ménages en pleine période « Gilets jaunes », voilà EDF qui annonce une autre augmentation de 1,3 p. cent à partir du 1er août 2019…

Il est vrai que nos EPR, que ce soit celui dont les Finlandais nous avaient confié la réalisation et qui a  connu autant de problèmes que n’en connaît aujourd’hui encore celui de Flamanville dont des soudures défaillantes vont ajouter un épisode à un feuilleton qui dure depuis dix ans… Comble de bonheur, nous apprenons ces jours-ci que EDF va devoir verser 1,8 millions d’euros à l’un de ses fournisseurs pour n’avoir pas réglé des factures à échéance prévue…

Pas besoin de vous faire un dessin… Là, il y a de l’électricité dans l’air et ce n’est pas gratos… Pour les mesures sociales on donne d’une main et l’on reprend vite et plus de l’autre… Un classique !

 

                                                               Hagnéré Jean- François (02/08/2019)

 

 

 

 

Posté par jfh47 à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juillet 2019

" Les affaires sont les affaires..." TA...TA...TA...TAM...N°513

 

 

 

 

 

Les affaires sont les affaires…

 

Holà, les journalistes !… Non, franchement, vous voyez M. de Rugy, aujourd’hui ex-ministre de la « transition écologique », parler « affaires » avec des gens triés sur le volet, devant une bouteille de picrate et une assiette de bigorneaux ?… Qu’est-ce que c’est que cette histoire de homard américain, à la queue plus volumineuse que celle de son cousin français, mais peut-être plus économique que ce dernier ?… Vous vouliez sans doute trouver un jour sur les murs de l’Hôtel de Lassay, écrit en rouge sang, cette inscription : « Homard m’a tuer… » ? Vouloir en découdre avec un type qui n’hésiterait pas à vivre dans un logement social, c’est mesquin ! Bref, la justice va nous laver l’honneur de  ce brave homme et fissa !… Souhaitons simplement que sa remplaçante, Elisabeth, déjà ministre du Transport, ne dépasse pas, elle, les « Borne »…

            Ces gens-là, ne sont pas obsédés comme vous par les magouilles… Comme les coureurs du Tour de France, ils ont la tête dans le guidon… Alors de temps en temps, une petite bévue… Ils ont avant tout le sens du devoir et du sacrifice… Des exemples ? Parmi toute une cargaison, voilà Chirac et les « emplois fictifs » ainsi que « Les frais de bouche de la Mairie de Paris » ; Fillon qui se fait « tailler des costards » gratos par un pote et joue le rôle de Pole Emploi pour occuper les membres de sa famille ; Woerth et une Légion d’Honneur pour un proche de son épouse ;  Cahuzac qui plombe l’avenir de sa dentiste d’ex-femme ; le bon Babar, Raymond,  – aussi appelé « Dormeur », un des nains de Blanche-Neige,  pour ses ronflements lors des sessions de l’Assemblée nationale – un œil sur Bercy et l’autre sur des valoches en suisse - ; les Balkany, une vraie saga ;  VGE et les « diamants de Bokassa »… Y a qu’à se baisser pour ramasser non pas des homards mais à coup sûr un beau « panier de crabes »…

 

                                                                                                 Hagnéré Jean-François ( 22/07/2019)

Posté par jfh47 à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2019

" Festival du rire jaune" TA...TA...TA...TAM... N°512

 

 

 

 

 

 

Festival du Rire jaune…

 

            Le dimanche 30 juin 2019, au « Festival du rire » organisé au lieu-dit Pan Munjom, seul point de contact démilitarisé entre Corée et Nord et Corée du Sud, le prix de la mise en scène a été conjointement décerné à M. Mim Jong-Un, représentant la Corée du Nord et M. Donald Trump, représentant des États-Unis. Ce dernier a obtenu l’autorisation de franchir en cet endroit le mur de 20 centimètres de haut qui sépare les deux Corée. Il faut rappeler qu’en matière de « mur », les deux lauréats sont des spécialistes, l’Américain ayant un temps envisagé la construction  de ce type de rempart, mais en format géant, le long de sa frontière commune avec le Mexique… Les deux artistes se sont étreints et félicités de cette première preuve d’entente et de détente communes. Cette mise en scène marquera l’Histoire des nations : Donald restera dans les mémoires comme le Premier Président à avoir mis le pied en terre nord-coréenne, un paradis sur terre, que ses habitants ne quitteraient pour rien au monde… Quand il en aura terminé avec l’affinage de ses engins nucléaires, Kim, de son côté, ira probablement fouler le sol américain…  Encore Un grand pas pour l’Humanité, n’en doutons pas…

                                                                                         Hagnéré Jean-François ( 02/07/2019)

Posté par jfh47 à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2019

" Rouge comme une tomate..." TA... TA... TA... TAM... N°512

 

 

 

 

 

 

 

Voir rouge comme une tomate…

 

 

Les tomates qu’il  faut se farcir !   Après visionnage de l’émission de Lise Lucet, Cash investigation, consacrée, entre autres sujets, à la production et à la consommation par des arnaques en tous genres de la tomate, cette dernière, hors d’elle et même maintenant hors-sol, rougirait de honte… Par contre, Lise Lucet et ses équipes d’enquêteurs n’ont pas, eux, à rougir de leur émission qui s’apparente à une mission de salut public. Elle est un coup de projecteur, en même temps que de Karcher, sur certaines pratiques visant à prendre les consommateurs pour des truffes. J’attendrais beaucoup aussi d’une enquête sur le « bio » qui fleurit désormais aux quatre coins des supermarchés… Quelques super arnaques ? … À suivre de près…

 

                                                                            Hagnéré Jean-François ( 24/06/2019)

Posté par jfh47 à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2019

"Le milliard !... Le milliard!..." TA...TA...TA...TAM... N°511

 

 

 

 

 

 

Le milliard ! …   Le milliard ! …

 

 

 

            Dans les jours qui ont suivi l’incendie endommageant Notre-Dame de Paris, un élan spontané de solidarité s’était, paraît-il, traduit par une promesse de dons avoisinant le milliard d’euros…   Depuis, l’émotion quelque peu retombée, la somme récupérée à ce jour, avoisinerait 9 p. cent du total promis. Nul doute que s’il  existe et que les choses en restaient là, Dieu reconnaîtrait les siens et vouerait ces chiens de menteurs aux gémonies…

             Cela dit, malgré le sinistre, le spectacle, comme on dit au cirque, continue… Ainsi trois cents privilégiés, des ecclésiastiques pour la plupart, ont assisté à une messe en un endroit soi-disant sécurisé de la cathédrale. Show retransmis par la chaîne KTO. Ces privilégiés, tous coiffés d’un casque de chantier blanc, craignaient sans doute   d’essuyer les plâtres tandis que le ciel  leur tomberait sur la tête ? … Quelques jours après, ce fut le pape lui-même qui, visitant une région italienne touchée récemment par des phénomènes sismiques, portait en guise de tiare, le même type de couvre-chef, craignant aussi le coup au casque… Des spectacles surréalistes qu’il eût été dommage de rater. Si ses représentants doutent que Dieu reconnaisse un jour  les siens, que pouvons-nous de notre côté,  nous pauvres pêcheurs, espérer ? …

 

                                                                                                            Hagnéré Jean-françois ( 19/06/2019)

Posté par jfh47 à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]