En voiture, Carlos !

 

 

            Non, pas Carlos, pas lui ! … L’homme qui a redressé Nissan en perdition, qui a porté sur les fonds baptismaux l’alliance Renault-Nissan, non, ce n’est pas cet homme-là qui aurait osé se  « sucrer » sur le dos de la marque japonaise. Goshn sous les verrous, au Japon ! Ce brave, ce saint homme genre Tartuffe aurait « bricolé » côté portefeuille comme s’il était à un euro près avec son mirobolant salaire ? … Impossible ! C’est une déclaration de guerre du Japon à la France ? On va leur envoyer les gilets jaunes et les bérets rouges et ils vont rire jaune  les Nippons fripons… Récemment, cet honnête homme accueillait, en France, dans une usine Renault, M.Macron, roi du dialogue social. Tout à coup, l’un des employés présents à la cérémonie – pourtant triés sur le volet -, pris d’un coup de folie, osa quelques critiques virulentes. Oh ! le regard assassin de Carlos… Oh ! les sifflets des copains lèche-culs…

Morale de l’histoire : si les « premiers de cordée » tapent allégrement dans la caisse ou détournent de l’argent ou esquivent l’impôt, le bas de l’échelle  peut toujours attendre le « ruissellement  macronnien » jusqu’à la Saint-Glinglin… À part ça, pour rester dans le domaine de l’automobile : les courses de F1 et les rallyes autos en tous genres, c’est bon pour la fameuse « transition écologique » ? Et n’oublions pas les dégazages aériens de kérosène… Elle a bon dos la « transition » ; la France va sauver la planète… La France en marche… vers l’utopie.

 

                                                                                           Hagnéré Jean-François ( 20/11/2018)